Abd Al Malik

Malik-4 - bside

Personnage devenu culte de la scène musicale urbaine, Abd Al Malik est aujourd’hui un artiste accompli qui s’attèle avec talent à l’écriture et au septième art.

Peux-tu te présenter en quelques mots pour celles et ceux qui ne te connaissent pas ?

Je m’appelle Abd Al Malik, je suis artiste, à la fois rappeur, écrivain et cinéaste également car je réalise actuellement mon film.

Musique, cinéma, écriture comment fais-tu pour gérer tout ça en même temps ?

Pour moi ce n’est pas séparé, tout se rejoint car au centre il y a quand même l’écriture, qui reste mon moteur, le fil conducteur de tout ça, et l’envie de raconter des histoires. Tout se recoupe je suis en tournée, pendant la tournée j’écris un bouquin. Là j’ai réalisé le film et en même temps on s’occupe de la bande originale qui sera l’album, donc tout est toujours connecté. C’est vrai que cela fait de longues journées mais il y a pire comme vie !

La démarche artistique est-elle la même quand tu écris un livre, fais une chanson, ou réalises un film ?

La démarche artistique est la même au niveau du fond car il y a toujours cette idée de questionner mon époque, de questionner mes contemporains. Il y a toujours cette réflexion sur l’identité. Après écrire un livre et réaliser un film ce n’est pas la même chose. Écrire un scénario ou poser un titre en studio c’est différent, mais il y a toujours dans la forme cette idée d’excellence, une ambition artistique de réaliser quelque chose qui marque et qui ait du sens dans le fond et dans la forme. Mon but est vraiment d’être le plus pertinent possible dans les deux sens.

Pourquoi avoir décidé d’adapter ton livre “Qu’Allah Bénisse la France” au cinéma ? Retrouvera-t-on des éléments nouveaux dans le film ?

19364_300580220783_3930868_n

Ce sont deux démarches totalement différentes, même si quand j’écrivais mon livre qu’Allah Bénisse la France je me disais que ça serait bien d’en faire un film. Mais ce qui m’intéressait au départ c’était d’écrire des livres et d’entrer dans le monde de la littérature et c’est vrai que dans une adaptation, comme l’indique le terme en lui-même, on adapte. Donc bien sûr il y a des choses qu’on trouve dans le film qu’on ne trouve pas dans le livre et vice versa. On peut dire que le film est inspiré du livre. Ce n’est donc pas une transposition du livre mais une base de travail et l’idée était vraiment de faire un vrai film de cinéma, et non pas un documentaire.

10733941_10152477746830784_7572572146890813123_o

En ce moment tu es en tournée avec « l’art et la révolte » un spectacle inspiré de l’œuvre d’Albert Camus, peux-tu nous en dire un peu plus ? Comment est née cette création, pourquoi ce spectacle et pourquoi Albert Camus ?

Je suis un très grand lecteur de Camus. Ses livres font partie de mes livres de chevet. L’année dernière pour le centenaire de la naissance de Camus, Catherine Camus sa fille, et Dominique Bluzet le directeur du grand théâtre d’Aix sont entrés en contact avec moi et m’ont proposé leur projet d’organiser un spectacle. Nous sommes donc allés à Aix où nous avons créé ce spectacle, l’Art et la Révolte. Mais vraiment c’est une commande. Au départ je ne pensais pas faire un spectacle autour de Camus, mais ça faisait sens car c’est vraiment un auteur important pour moi.

On peut entendre beaucoup de titres inédits sur l’Art et La Révolte. Envisages-tu de le sortir en version cd ou digitale ?

Au départ on devait d’abord sortir un album et ensuite faire la tournée, mais au fur et à mesure quand on était en studio, plus on avançait, plus j’en ai eu assez de cette routine. On fait un disque, on fait la promo, on part en tournée et c’est fini. J’avais envie d’aborder les choses de manière différente, donc l’album étant là, j’ai décidé de l’amener directement sur scène. Nous sommes maintenant en train de préparer quelque chose avec à la fois de la vidéo, de la musique, un objet qui soit plus qu’un album, en apportant également la touche écriture avec en plus le spectacle qu’on a fait au Châtelet et d’autres.

Pour l’Art et la Révolte il n’était prévu de n’en faire qu’une saison, mais ça c’est tellement bien passé qu’on nous sollicite même à l’étranger. Du coup c’est quelque chose que je vais continuer à mener en parallèle de toutes mes autres activités. Un peu comme pour Bob Dylan, une tournée sans fin.

Ta dernière sortie musicale date de 2010 peut-on espérer un retour en 2014 ?

J’apparaitrais sur la bande originale du film Qu’Allah Bénisse la France qui sera d’ailleurs le prochain album solo de ma femme Wallen qui sortira le 08/12/14, et pour mon album solo, la sortie est prévue en 2015 chez Pias.

73539_457402650783_7139451_n (1)

Y’aura-t-il des featurings ?

Peut-être, mais là je laisse la surprise ! Ce qui est certain c’est que Wallen a une vision très « femme orchestre », dans le sens où elle écrit et elle compose. Je côtoie un certain nombre d’artistes et c’est l’une des rares qui ait une vision globale de la musique. Avec Bilal (son frère, ndlr) on a réalisé un album exceptionnel, je ne vous en dis pas plus mais ma manière de travailler est différente de ce que j’ai pu faire jusqu’à présent.

La sortie ?

Pour le film, il sortira le 10/12/2014 et  la B.O le 08/12/2014

10649445_10152404454895784_7772154838249429050_n

Avec Wallen on voulait faire une collaboration particulière, et non pas faire un album pour faire un album. On a attendu d’avoir la bonne raison de le faire et le film était l’occasion de concrétiser ça.

10676338_10152381190515784_1803364829219664595_n

Une tournée prévue tous les deux ?

Si on nous le demande pourquoi pas, on verra car dans l’idéal j’aimerais faire quelque chose aussi avec Matteo Falkone (son frère, ndlr), qui travaille également sur son album.

Dans le monde dans lequel nous vivons, que t’apporte la spiritualité ?

Tout à l’heure on parlait de travailler à une société plus solidaire, cela apporte la possibilité de mettre de l’esprit dans les choses, de comprendre qu’on ne fait qu’un et que nous avons besoin les uns des autres. Nous devons interagir positivement les uns avec les autres et la notion de spiritualité apporte cela. La spiritualité n’est pas quelque chose qui sépare mais qui rassemble, et c’est à dessein que j’emploie le mot spiritualité et non religion. La religion est une forme personnelle de spiritualité que chacun choisit, et l’on peut-être spirituel sans pour autant avoir de religion. Moi il se trouve que je suis musulman, mais c’est mon histoire de vie et cela m’est personnel. Ce qui est important c’est que chacun comprenne qu’on est lié les uns aux autres et qu’interagir les uns avec les autres c’est aussi travailler à essayer de rendre le monde meilleur. J’ai le sentiment qu’en tant qu’êtres humains, c’est notre fonction à tous.

1003972_10151488046960784_354851422_n

 Quelles sont les valeurs que tu aimerais transmettre à tes enfants ?

Votre question est à la fois précise et très large. Ce que j’ai envie de leur transmettre c’est d’être véritablement des êtres humains, car pour moi il y a des choses qui sont de l’ordre de l’humanité et d’autres non, comme le respect des autres, l’acceptation de la différence. Cela fait partie d’une attitude de vie humaine normale. Ce que je veux leur transmettre c’est une sorte de normalité. Que ce soit mes enfants ou non, j’essaye d’être un exemple, de par mon attitude, sans pour autant faire de grand discours, ou de grandes explications. Juste en étant… j’ai envie de dire « cool ».

Quelle est l’importance de ta famille dans ta vie et ton parcours ?

Ma famille est centrale. Je travaille avec ma famille, et je considère de la même manière ceux avec qui je travaille mais avec qui je n’ai pas forcément de lien de sang. On travaille ensemble depuis tellement d’années que c’en est devenu ma famille. De manière générale, j’essaie de garder des liens qui durent avec les personnes avec qui je travaille.

Qu’as-tu vécu dans ton enfance que tu n’aimerais pas que tes enfants connaissent aujourd’hui ?

La délinquance. Je ne dis pas que je regrette car quand je vois mon ainée qui vient d’avoir 13 ans, je suis content. Quand je repense à ce par quoi on est passé nous à son âge… des choses assez dures. Je n’aimerais pas qu’ils vivent la même chose.

Au contraire, y’a-t-il une ou des choses qui t’ont manqué plus jeune que tu t’efforces de leur apporter ? 

Evidement au niveau matériel, entre eux et moi ça n’a rien à voir. Nous c’était la grande pauvreté c’était «  Remi sans famille », «  les misérables » et tout ce que tu veux, mais pour de vrai (rires) ! C’est vrai que l’argent ne fait pas le bonheur même s’il y contribue, mais en avoir manqué n’a pas fait de nous les plus malheureux du monde, au contraire.

Quand les temps sont difficiles, y’a-t-il une devise ou une philosophie qui t’aide à garder les pieds sur terre et à maintenir le cap ?

Je garde les pieds sur terre, je n’ai pas le sentiment que ce soit un problème. Disons que ce n’est pas à mon âge qu’on « pète les plombs ». Par contre lorsque les temps sont difficiles, je pense que la spiritualité aide, sans pour autant entrer dans une démarche fataliste. On est dans une démarche d’acceptation et de faire en sorte que les choses changent. Une sorte d’acceptation positive dans le sens où s’il arrive quelque chose, on ne va pas pleurer, mais chercher des solutions pour avancer. Et sans donner un adage particulier je pense que la spiritualité aide, tout autant que la famille, je suis une personne très entourée.

Si tu pouvais changer une chose dans le monde, ce serait quoi ?

Faire en sorte que les gens soient tous dans le respect des uns et des autres, dans une véritable démarche de non jugement envers les autres.

Le top 5 des choses à faire ou à voir avant de mourir ?

J’essaie d’être le fils de l’instant. Je vis chaque jour comme s’il était le dernier. Des petites choses me font ma journée, donc il m’est difficile de répondre à cette question. Evidement il y a des choses qu’on aimerait faire, des endroits où on voudrait aller, mais pour moi le plus important c’est de ne pas me perdre en chemin. Si une journée je l’ai passée en étant vraiment moi, j’en suis heureux et demain est un autre jour. Si ce soir je m’endors en me disant que je n’ai fait de mal à personne, que je n’ai vexé personne, que j’ai aidé quelqu’un, j’estime avoir fait ma journée. Voilà pourquoi je ne peux pas vraiment répondre à cette question. Par contre ce que je peux affirmer c’est que je regretterais si je n’étais pas dans cette attitude et ça c’est mon top 1. Si chaque jour je ne me levais pas en me disant « et si c’était le dernier », ce serait un véritable regret.

Advertisements
This entry was posted in RENCONTRES and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s